Ubaye

Ubaye

Retour en images sur la traditionnelle randonnée familiale estivale. Cette année, l’Ubaye, en itinérance sur 5 jours, avec une nouvelle arrivante : Manon, qui ajoute un peu de Davalade à la Gerbalade. Le rendez vous est donné au Pont du Châtelet, sur les hauteurs de St Paul en Ubaye. Papa et Irvin arrivent de Dijon, Manon et moi d’Aix en Provence où nous passions quelques jours de vacances. Après les retrouvailles et les derniers préparatifs, nous partons avec Manon placer les voitures au point d’arrivée, 5 km en amont. On sera bien content de ne pas avoir à les faire au retour ! On commence à courir sur la route avec Manon pour rejoindre le reste du groupe ; 1.5km plus loin on se fait prendre en stop par une gentille locale :).

15h30, nous sommes fin prêt, direction le Refuge de Chambeyron. Nous commençons sur la route et bifurquons rapidement sur un chemin assez raide sous les arbres ; c’est plaisant ! On aperçoit les montagnes alentours par moment, le coin est superbe. Vers 2100m, nous sortons de la forêt et pouvons pleinement admirer la vue. Le chemin continu en montant franchement, puis poursuit à flanc de montagne pour atteindre le refuge, après 1000m D+ et 7.7km. Nous mettrons environ 2h45, à un bon rythme de chauffe. L’endroit est magnifique, logé au creux des montagnes, dans un endroit sauvage, surplombant le Lac Premier. Nous avons tout juste le temps de profiter d’une douche dans le lac (heureusement encore au soleil) avant de nous installer dans la chambre et de passer à table. Ce bon repas sera suivi d’une séance photo en direction du Brec de Chambeyron façon golden hour puis d’un moment chill-lecture dans un canapé agréable du refuge. Refuge globalement très confortable d’ailleurs, l’équipe nous a bien accueilli.

Jeudi 5h, mon réveil sonne discrètement et je fais attention de ne pas réveiller le reste du dortoir. J’avale un rapide petit déjeuner que j’avais monté en prévision et je pars dans la nuit en direction de la Pointe d’Aval (Manon ne m’accompagne pas, mais le nom du sommet lui fait honneur !), surplombant de 700m le refuge. La montée commence tranquillement pour s’échauffer puis oblique rapidement pour se raidir. Je rejoins le Pas de la Souvagea ou le vent souffle ; il fait frais. J’aperçois désormais l’objectif dans la pénombre, 430m au dessus. Le sentier est tracé en oblique dans le grand pierrier de petites pierres qui compose la face W de la montagne. Environ 200m sous le sommet, la trace s’engage dré dans l’pentu, jusqu’au sommet. Ça monte très raide, je ralenti l’allure. J’arrive au sommet 15 minutes avant le levé du soleil, après 52 minutes d’effort. Il fait froid là haut, mais l’attente en vaut la peine, le soleil se lève finalement entre deux pic de l’Aiguille du Chamberyon et l’ensemble des sommets alentours se parent d’une parure dorée. Je prends des photos en rafale malgré mes doigts engourdi, puis repars après avoir profité du spectacle une vingtaine de minutes, avant de finir congelé. La descente est efficace (env. 20min), j’arrive au refuge pile à l’heure pour assister au levé du reste de l’équipe et profiter du petit déjeuner du refuge !

Après avoir profité d’un bon petit dej, départ peu avant 9h pour une longue étape. Nous montons une centaine de mètre au dessus du Lac Premier pour basculer dans le Vallon de Plate Lombarde que l’on remontera tout du long. Les paysages sont variés, des vertes prairies foulées par les moutons et les chèvres au raides falaises les surplombant, sans oublier quelques lacs d’altitude. Je repère pas mal d’itinéraires de grimpe prometteur, il faudra revenir avec les cordes. Le ciel est parsemé de nuage, tachetant le décor. Nous basculons en Italie après le Col de Sautron, on en profite pour faire une bonne pause pic nic bien méritée. Puis nous reste une longue descente jusqu’à Chiappera et le Refuge de Campo Base, tout confort, non loin. Nous découvrons peu avant l’imposante Croce Provenzale qui n’est pas sans rappeler l’Aiguille Dibona. Au total, 18.5km pour 800m positifs et 1800m négatifs.

J3 à venir…

J4 à venir…

J5 à venir…

Au total, nous avons parcouru 76km pour 5700m D+ et 5600m D-, pour plus de 30h sur les chemins ! Évidement, cela inclus les pauses ;).

Pour revivre le parcours en 3D, vous pouvez cliquer sur l’image ci dessous. N’hésitez pas à changer le point de vue en utilisant la sourie et à zoomer ou dézoomer avec la molette ! La trace évolue à temps constant, je vous conseil d’avancer manuellement pour éviter d’attendre longtemps pendant chaque nuit 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.