Ça c’est Coillu !

Ça c’est Coillu !

Comme on dit, quand on aime on ne compte pas ! Après le couloir Chauchefoin en boucle par le Coillu la semaine dernière, cette semaine, rebelote, on retourne au même endroit mercredi matin, pour faire le Coillu en aller-retour cette fois ci. Mardi dernier nous étions descendus par un autre couloir avec Jimmy. Arthur et Pilou seront mes camarades cette fois-ci. Tout comme la dernière fois, réveil très matinal, 4h30 départ d’Annecy et 5h30 départ du parking. C’est tout de même 30 minutes plus tard que la semaine dernière, presque une grâce matinée !

Malgré les récentes chutes de neige, l’itinéraire de montée est déjà tracé et nous avançons bien dans la nuit. Arrivé en bas du couloir, les traces disparaissent, déjà recouvertes par la neige déposée là par le vent et la descente de nos prédécesseurs. On monte tant qu’on peut en skis, puis quand la pente devient trop raide (environ 40°) et le couloir trop étroit, on met les skis sur le dos. Pas besoin de crampons cette fois ci, on s’enfonce bien. Pilou commence à faire la trace dans la poudreuse, suivi d’Arthur puis de moi, qui m’enfonce bien plus que mes compères, faisant 20 kg de plus… Je suis à la traine, aussi je les laisse tracer tout du long.

On arrive en vue du haut, je m’enfonce toujours autant, j’essaye de répartir le plus possible mon poids sur mes genoux et mes mains en plus de mes pieds pour moins m’enfoncer ; j’en profite pour me chopper une belle onglée. Le vent ainsi que les lumières du matin nous accueillent à la sortie du couloir.

Il est assez courant de continuer dans la pente juste au-dessus, mais on ne le sens pas en termes d’avalanche aussi on enlève les peaux et on passe en mode descente. Si Pilou est un très bon skieur, Arthur est encore au-dessus de lui ! Il envoi à la descente ! La neige est excellente, les jambes chauffent très rapidement, nous faisons plusieurs pauses. Je galère un peu avec mes skis, mes habituels étant inutilisables après la casse de la semaine dernière, j’ai pris l’ancienne paire, moins adapté à ma morphologie.

Au milieu du couloir, on croise un groupe qui monte avec environ 30 minutes de retard sur nous (on n’est pas les seuls à avoir ce genre d’idée…). On s’excuse de la neige que l’on à fait dégringolé sur eux (en même temps pas trop le choix, à plus de 40° la neige coule pas mal en surface à la descente quand elle est légère !) et je reconnais une personne avec qui j’ai passé le WE d’avant, lors de la formation que je coencadrait avec le CAF. Le monde du skimo est petit !

On termine ensuite assez rapidement le raide et on est de retour « sur le plancher des vaches ». Le ciel se colore d’un bleu éclatant et les nuages d’un orange de feu, si la neige devient cartonnée sur le reste de la descente, ayant trop pris le soleil, nous auront au moins profité d’un magnifique spectacle visuel. Nous retrouvons la voiture à peine après 8h, et sommes de retour à Annecy pile à l’heure, à 9h (bon plutôt 9h15 dans les faits car on a fait un crochet à la boulangerie). Après une petite power nap de 15 minutes, j’étais d’attaque pour le boulot !


En bonus, je vous propose la vidéo de la semaine dernière ; l’ambiance était assez similaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.